Rencontre avec Pierre GAIGNARD

Workshop Entre trace, image et empreinte pour une création sonore /jeudi 18 et vendredi 19 janvier 2024

Tenero tevere, 2022, installation & liqueur, plantes sauvages, macérations, herbiers, alcool 95°, acier, verre et plastique keykeg, 500x250x250 cm
Vue de l’exposition “Ante Operam”, Palazzo Marescalchi Belli, Rome, juin 2022, cur. Isabella Vitale, Pianobi. Photo: Eleonora Cerri Pecorella / avec l’aimable autorisation de l’artiste

Tenero Tevere est un amaro (liqueur amère italienne) fait avec les plantes, les racines et les écorces d’arbres qui poussent le long du Tibre à Rome. Elle est servie fraîche avec un glaçon dans une installation-laboratoire
éponyme. Les éléments qui la composent sont les témoins de la production : macérations dans des fûts de bière transparents, herbiers dans le double-vitrage des fenêtres, alcool pur, plantes sèches, casseroles et plaques chauffantes. La recette de Tenero Tevere est secrète – comme pour beaucoup d’autres liqueurs. Cet amaro du Tibre a été élaboré avec l’aide d’une ethnobotaniste qui souhaite restée anonyme.

Pierre GAIGNARD

Si le travail de Pierre Gaignard s’apparente à une ethnologie sauvage, c’est avant tout parce que ses films, sculptures, ou performances, sont des objets d’études qui ne prennent pas de distance à l’égard de leur sujet : lorsqu’il s’intéresse par exemple au rap d’Atlanta, il le fait sur un mode documentaire qui se charge d’une énergie capable de traduire l’absorption maximale de ce que cette musique transmet. Ainsi, la magie et le rituel ne sont jamais loin de sa pratique, tant il s’agit de créer les conditions d’une cosmogonie personnelle où les big data rencontrent les bals populaires, où la technique est heureusement dévoyée au service du barbecue. Pierre Gaignard assume une esthétique du bricolage qui n’a rien de rétro mais ouvre sur une poétique dystopique où le jus de viande est l’égal d’une peinture abstraite. Son chamanisme urbain (qui prend souvent place dans le contexte de l’admirable Wonder) est l’expression d’un vitalisme schlag, soit l’un des moyens de faire résistance à l’ordre capitaliste dans sa capacité dansante à investir des formes en déshérence. Son programme peut se lire alors comme le fait de prendre soin de la mauvaise herbe. (Fabien Danesi, 2018)
Pierre Gaignard est artiste et chercheur.  Il est co-fondateur du Wonder, artist-run-space parisien, et est représenté par la Galerie Éric Mouchet à Paris. Il est aussi doctorant au sein du groupe de recherche « Effondrement des Alpes » porté par l’ESAAA à Annecy. Depuis 2010, son travail est exposé en France comme à l’étranger (Italie, Corée du Sud, Etats-Unis, Suisse, Lituanie, Allemagne, Espagne).

http://www.pierreg666.xyz/

Performance de Pierre GAIGNARD

https://www.arte.tv/fr/videos/085905-003-A/pierre-gaignard/

Rencontre avec Franck MAS

Workshop Scénographie /questions d’espace -mardi 9 et jeudi 11 janvier 2024

BIOGRAPHIE
Franck Mas mène depuis plusieurs années une réflexion sur les fondements et les enjeux de la représentation des textes du répertoire, axant principalement sa recherche autour de l’Avare de Molière puis par extension à l’ensemble des pièces du dramaturge. Influencé par la pensée de Claude Régy et celle du linguiste et poète Henry Meschonnic, Franck ouvre, dans ce qu’il a appelé LE DEGRÉ ZÉRO DU THÉÂTRE, un champs encore inexploré de l’interprétation des textes via un vocabulaire plastique et performatif, abordant notamment la dimension du temps, de la durée, et les notions de continu et discontinu chères à Meschonnic

PROJETS en RÉSIDENCE

– « L’ARBRE DE MOLIÈRE »

L’artiste Franck Mas a été en résidence au Nouveau Gare au Théâtre afin de développer son projet L’ Arbre de Molière.
L’ARBRE DE MOLIÈRE s’inscrit dans un projet de recherches intitulé LE DEGRÉ ZÉRO DU THÉÂTRE qui interroge les fondements de la représentation d’un texte de théâtre et l’ouvre au vocabulaire plastique et performatif. Il consiste à stimuler la pousse d’une noix par l’apport en substances nutritives gazeuses contenues dans le souffle de la parole.
Pour cette première lecture publique, les spectateur.rice.s volontaires seront invité.e.s à lire sur le plateau un extrait du répertoire de Molière afin de permettre à la plante de grandir. Chaque lecture sera ensuite répertoriée dans un registre et constituera l’arbre généalogique du noyer.
Un journal de croissance sera également édité et diffusé au fur et à mesure du développement de la plante via un site internet dédié.

Le répertoire de Molière est constitué de 33 pièces. Entre 120 et 150 lecteur.trice.s présent.e.s sur une vingtaine de jours constitueront la famille de nourriciers de ce monument vivant.

 LES RENCONTRES DE 10h10

L’association LE PROJET BLOOM, créée et dirigée par le compositeur Colin Roche, et dans laquelle j’ai le plaisir d’intervenir aux côtés de Frédéric Mathevet et Katherine Vayne, a initié l’année dernière un nouveau rendez-vous avec Les Rencontres de 10h10 (anciennement appelées 14h28). Elles sont un temps fort d’échanges entre artistes de tous horizons, qui sur une thématique précise discutent, interviennent, partagent leur pensée et enrichissent par la singularité et la pertinence de leurs points de vue les autres intervenants. Ancrés sur la prévalence de l’écoute mutuelle et sur l’intérêt que chacun peut avoir à l’encontre de la parole de l’autre, les rendez-vous de 10h10 se déroulent sur une journée et invitent chaque intervenant à partager la particularité de son expérience ou de sa pratique au regard du sujet abordé. Dans un esprit de grande ouverture, et suivant ce principe mis en place et développé depuis de plus de 5 ans, dans l’accompagnement d’artistes issus du sonore, dans le cadre du programme Le Cerisier, les rendez-vous de 10h10, parce qu’ils ne sont soumis à aucune production ni nécessité de résultats, est un lieu où l’esprit, l’émulation, la complicité artistique et intellectuelle trouvent un écrin propice à leur épanouissement.

Thèmes abordés sur 2023  : Jeudi 9 mars 23 Le renoncement ; Jeudi 13 avril 23 Commencer ; Jeudi 11 mai 23 Finir ; Jeudi 22 juin 23 L’atelier.

PROJETS ARTISTIQUES

Dernier en cours / Les topographies du souffle

Franck MAS, Topographie du souffle pour Cy Twombly, papier bible format A5 / avec l’aimable autorisation de l’artiste

Rencontre avec Christophe Beauregard

Workshop Photographie, la question du portrait /jeudi 14 décembre 2023

Christophe BEAUREGARD

Né en France en 1966, je vis et travaille à Paris. Licencié en Littérature, c’est après ma rencontre avec Sam Francis dans son atelier à Palo Alto en 1989 et un voyage d’un an en Écosse au cours duquel je pratique assidûment le dessin et la peinture, que je décide de rentrer aux Beaux-Arts l’année suivante. Diplômé en 1992, je choisis de m’orienter vers la photographie et deviens assistant de nombreux photographes people et de mode. Dès 1996, je réalise des portraits de célébrités pour la presse et la publicité. Et à partir de 2003, je développe un travail artistique.

Le corps humain, social comme intime, est mon sujet de prédilection. Fascinés par les symptômes de notre hédonisme contemporain et ses représentations, mes photographies montrent comment notre corps fait les frais de notre obsession de donner un sens à notre existence et comment nous désirons être uniques tout en nous conformant aux normes.

Cette approche particulière du portrait et sa mise en scène m’a valu un certain nombre de collaborations prestigieuses, de Dior à Berluti, en passant par le Centre Pompidou-Metz ou le CentQuatreParis en France. J’ai également été exposé à l’étranger : Schirn Kunsthalle Frankfurt – De, Alcatel Lucent – Us, Museo dell’Opera del Duomo de Prato, It. Je suis représenté à Paris par Ségolène Brossette Galerie.

Christophe BEAUREGARD, Vianney D. / avec l’aimable autorisation de l’artiste

https://www.christophe-beauregard.com/